Les préparatifs de Noël à Rome

Les préparatifs de Noël à Rome

Le sapin de Noël

L’arbre de Piazza Venezia prend place pour s’allumer le 8 décembre (jour de l’Immaculée conception) : un beau sapin de 25 mètres avec des centaines de lumières pour illuminer le ciel du centre historique de Rome et pour oublier le pauvre “spelacchio”, ainsi appelé par les romains tellement il était maigre.
Ses lettres de noblesse seront FAO, organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Au pied du sapin, 17 paquets seront déposés pour représenter les 17 objectifs que se sont donnés 193 pays pour éliminer la faim dans le Monde d’ici 2030.

L’arbre de Noël du Vatican est lui en voyage vers la Place Saint-Pierre !

Ce magnifique arbre épicéa de 28m de haut arrive directement de Andalo dans les Dolomites dans la région Trentino et pourtant il n’est pas jeune avec ses 113 ans.
Comme chaque année, il sera installé sur la Place Saint-Pierre et l’inauguration sera le 10 décembre 2021 à 17h. Les décorations brilleront sur la place entourée de la colonnade réalisée par le Bernin pour le plaisir des yeux jusqu’au dimanche 9 janvier. Cette période de Noël termine avec la fête des Rois Mages ou Épiphanie le 6 janvier. Les lumières s’éteignent mais la nuit du 5 au 6 arrive la befana, vieille femme, volant sur son balai : elle apporte des bonbons aux enfants sages ou du charbon pour les moins sages dans une grande chaussette accrochée pour recevoir les cadeaux. C’est une figure typique du folklore italien pour l’Épiphanie (son nom découle de Epifania).
Depuis 1982, sur le désir du pape Jean Paul II une crèche est installée au pied de l’obélisque avec le sapin à sa droite.

La crèche : une véritable tradition italienne

Si l’on considère que à Rome, il y a environ 900 églises, il y aura autant de crèches ou même plus !
Elle tient ses origines de traditions médiévales : Saint François d’Assise en 1223 réalisa à Greccio la 1ère représentation de la nativité, avec encore aujourd’hui la grotte, la mangeoire, l’enfant Jésus, Joseph et Marie, les Rois Mages, les bergers, le bœuf et l’âne, et les anges.
Cette année, la crèche de la place Saint-Pierre arrive du Pérou plus précisément des Andes, du village de Chopcca pour célébrer les 200 ans d’indépendance du pays. Elle sera composée de 30 morceaux réalisés par 5 artistes locaux. Les personnages seront grandeur nature en céramique, bois d’agave, fibre de verre et vêtus de costumes typiques chopcca.
Les Rois Mages n’apporteront pas l’or, l’encens et la myrrhe mais les aliments péruviens comme les patates, chinoa, kiwicha, canihua ; les animaux aussi seront péruviens : lama, alpaca, vigogne, et condor des Andes. C’est certainement l’une des plus spectaculaire.
Juste à côté sous la colonnade, il est possible d’en apprécier d’autres, traditionnelles ou d’artistes contemporains, provenant de différentes régions italiennes ou d’environ 25 pays du monde à l’exposition “100 crèches au Vatican”.

A la basilique Sainte Marie Majeure, on peut trouver l’une des plus anciennes crèches réalisées en 1291 par Arnolfo di Cambio sur requête du pape Nicolas IV composée de huit figures de marbre d’une beauté et d’une plasticité extraordinaires, qui permettent de créer une véritable représentation scénographique de la Nativité.

Un autre endroit magique pour voir de belles crèches est le “Museo del Presepio” de Angelo Stefanucci avec 3000 modèles : une collection incroyable dans les souterrains de l’église des Saints Quirico et Giulitta. Malheureusement fermé en ce moment pour la situation actuelle. Mais il est possible de les voir sur le site :
https://www.museopresepioroma.it

La basilique des Saints Côme et Damien se trouve via des Fori Imperiali, au cœur de Rome dans l’ensemble archéologique. C’est une crèche napolitaine permanente des années 1700, œuvre d’artisanat extraordinaire qui représente la nativité au milieu des gens du peuple en pleine activité quotidienne : le vendeur de châtaignes, le marchand de légumes, le paysan qui ramasse le raisin, le soldat etc…les statues sont en bois et terre cuite. La crèche évoque Rome au XVIII° siècle.

Faisons un voyage virtuel à Naples, plus précisément à San Gregorio Armeno, “la rue des crèches” au cœur de “Spaccanapoli”. Marcher le long de cette rue signifie respirer l’atmosphère de Noël en regardant les nombreuses “botteghe” (magasins sur rue) où des “maestri” artisans fabriquent encore à la main les personnages de la crèche napolitaine.

Texte de Marion Simprez