Les fontaines des Rioni de Pietro Lombardi

Les fontaines des Rioni de Pietro Lombardi

Les romains de l’antiquité attribuaient une grande importance à l’eau : Il suffit de penser aux aqueducs monumentaux, aux thermes grandioses (lieux de rencontres), aux citernes et aux fontaines grandes ou petites. Il y en a plus que dans n’importe quelle autre ville du monde ! II en existe plus de 2000 !

Le grand poète romantique P.B Shelley disait : « les fontaines suffisent pour justifier un voyage à Rome ! »

Elles sont partout et pourtant on ne les remarque pas !

Essayons d’en découvrir certaines, peut-être moins célèbres, cachées parfois dans les ruelles de Rome mais qui sont de véritables trésors historiques. L’architecte-sculpteur Pietro Lombardi en a réalisé neuf, autour des années 1927-1928, illustrant les caractéristiques des anciens “rioni” romains. Le terme “Rione” vient de “regioni” quand l’Empereur Augusto a voulu partager la ville de Rome en 14 “regioni”.

  • La fontaine des Livres dans le rione Sant’Eustacchio

Elle se trouve via dei Staderari, entre le Panthéon et place Navona. Construite en 1927. Les Staderari étaient les fabricants de balances à plateaux pour la pesée. La rue s’appelait autrefois rue de l’Université pour rendre hommage à l’ancienne université de la Sapienza.
Cette fontaine est placée dans une niche avec au centre une tête de cerf, symbole du rione en souvenir de la conversion au christianisme d’Eustachio, général romain, qui vit en apparition un cerf avec une croix lumineuse entre les cornes ; Quatre livres anciens de chaque côté avec les marques pages d’où jaillit l’eau. La fontaine des Tiares dans le rione Borgo

  • La fontaine des Tiares dans le rione Borgo

Elle se trouve le long du mur du Passetto au Borgo (passage piéton surélevé), à deux pas du Vatican. Posée sur un socle en forme de trèfle, on y trouve gravé le sigle S.P.Q.R. (Senatus Populusque Romanus – “le sénat et le peuple romain”) pour rappeler le pouvoir de la ville de Rome.
Elle soutient quatre tiares papales en rond-bosse, surmontées chacune d’une paire de clés symbole du règne de Saint Pierre, d’où jaillit l’eau recueillie dans les 3 vasques en forme de coquille, faisant allusion aux 3 visages de l’Église (militante, souffrante et triomphante). Le symbole de la tiare évoque évidemment le rôle des pontifes.

  • La fontaine des Artistes via Margutta dans le rione Campo Marzio

Cette fontaine rappelle la vocation artistique de cet endroit : en 1612, année où le peintre Gentileschi y installa son atelier et par la suite le quartier fut choisi pour y habiter par de nombreux peintres, sculpteurs, écrivains et artistes de toutes nationalités. Aujourd’hui encore on célèbre chaque année l’esprit artistique de cette rue avec l’exposition “Les 100 peintres de via Margutta”.
Que voit-on dans cette fontaine ? Le thème principal est l’art : un hommage à la peinture avec deux trépieds et un seau plein de pinceaux, à l’architecture avec les compas et au théâtre avec deux grands masques l’un triste et l’autre joyeux pour montrer l’humeur de l’artiste.

  • La fontaine des Tonneaux dans le rione Trastevere

Elle se trouve via della Cisterna. L’architecte a mis au centre de la scuplture un tonneau et deux bombonnes de vin d’un litre pour rendre hommage au quartier qui connaissait un intense trafic de vin avec la présence de nombreuses tavernes et “trattorie”.

Vous saviez que chaque mesure de vin avait un nom propre ? “Sospiro ou sottovoce” pour 1/10 de litre,”chirichetto” pour 1/5, “quartino” pour ¼, “fojetta” pour ½ et “barzilai” les 2 litres (nom du politicien Barzilai qui offrait le vin en récipient de 2 litres pour sa campagne électorale) ! Rien n’a changé !

  • La fontaine de la Pomme de pin dans le rione della Pigna

Elle se trouve Place San Marco à côté de la Place Venezia, juste devant la magnifique basilique San Marco. A l’époque médiévale il existait déjà une énorme pomme de pin en bronze qui donna son nom au rione “Pigna”. Elle fut déplacée au Vatican et c’est en 1927 que l’architecte Lombardi reprit le symbole en créant la fontaine de la pomme de pin.

  • La fontaine des Boulets de canon dans le rione Borgo

Elle se trouve via di Porta Castello dans le rione XIV Borgo, à côté de la forteresse du chateau Saint-Ange et du “passetto” (couloir construit sur les murs de défense entre le Castello et le Vatican), raison pour laquelle l’architecte a représenté cette réalité par une pyramide de boulets de pierre d’où jaillit l’eau avec au centre un grand masque ou une tête de faune.

  • La fontaine des Monts dans le rione Monti

A via San Vito à côté de l’ancienne église de San Vito et Modesto, en face de l’arc de Gallieno, cette fontaine représente 3 monts superposés et surmontés d’étoiles d’où l’eau jaillit. Elle symbolise trois collines parmi les sept de Rome : Esquilino, Viminale et Celio. La fontaine se trouve au croisement de ces quartiers.

  • La fontaine des Amphores dans le rione Testaccio

Elle symbolise le commerce des amphores qui transportait l’huile (voir l’article sur le Testaccio)

  • La fontaine du Gouvernail dans le rione Trastevere

A la fin du 9ème siècle, l’ancien port de Ripa Grande avait une grande activité. Nous sommes toujours dans le rione Trastevere mais sur le long du Tibre appelé “Lungotevere Ripa”. Le thème de cette fontaine est clairement la navigation. En haut on peut repérer un gouvernail au centre duquel jaillit l’eau.

  • Les “nasoni” ou petites fontaines publiques sont aussi le symbole de Rome

Les romains les appellent affectueusement “NASONE” Pourquoi ? parce que l’eau sort de ce bec qui ressemble à un grand nez. Mais c’est un bec « malin … pour boire deux solutions : se pencher vers le bas ou boucher du doigt l’arrivée de l’eau qui ressortira par un orifice situé en haut du bec. Attention à la douche !
Ces « nasoni ». un peu partout dans la ville offrent l’eau potable gratuite bien appréciée pour se désaltérer.
Parmi les plus anciennes avec les trois orifices, il en reste deux ou trois comme celle de la place de la Rotonda (Panthéon), pas loin de la grande fontaine ou la Fontana delle Cannelle, via della Cordonata (près de via Nazionale).

Ces nasoni ont même connu leur heure de gloire au cinéma comme dans le film “Le voleur de bicyclette” de Vittorio de Sica où l’on voit une femme y laver son linge ou dans “C’eravamo tanto amati” avec Vittorio Gassman qui se désaltère au “Nasone” de la via dei Fienili (derrière le Forum romain).

Pour en savoir plus, il existe une carte et même l’app “I Nasoni di Roma”, bien utile pour les touristes et les romains !

Texte de Marion Simprez