Le mystère du jardin des orangers

Le mystère du jardin des orangers

LE MYSTÈRE DU JARDIN DES ORANGERS

Situé sur l’Aventin, le “Parc Savello”, plus connu comme Jardin des Orangers “ Giardino degli Aranci” offre une vue spectaculaire de la ville de Rome. Sa position unique et rare permet, en effet, d’apprécier,d’un simple coup d’oeil, les angles les plus beaux de la ville éternelle du Janicule jusqu’à la tour des Milices en passant par la Coupole de la Basilique Saint Pierre et le Monte Mario.

L’histoire du Parco Savello

Le jardin est situé derrière l’abside de la Basilique de Sainte Sabine. A la fin du 13ème siècle, le Jardin des Orangers faisait partie de la forteresse de la famille Savelli. Après quatre siècles pendant lesquels il n’était pas accessible, il a été ré-ouvert au public pour ensuite être transformé en 1932, en ce splendide jardin panoramique que nous connaissons aujourd’hui grâce à Raffaele de Vico.
La structure du parc est parfaitement symétrique d’où s’ouvre l’allée centrale, dédiée à l’acteur Nino Manfredi, qui porte à la terrasse panoramique avec vue sur la ville de Rome.

Quel est donc le mystère du jardin des orangers ?

Peu de gens savent que, à cet endroit où romains et touristes aiment profiter du panorama, flotte une histoire légendaire.
On raconte que en 1200, San Domenico de Guzman, fondateur de l’ordre des Dominicains qui habitaient sur place, rapporta d’Espagne un arbre d’oranges amères qui fut planté dans le fameux jardin que les frères utilisaient comme jardin potager. Jusqu’alors on n’avait pas vu pousser d’oranges en Italie.
Il paraît qu’à partir de la plante d’origine, poussa un autre arbre qui continua à offrir ses fruits parfumés.

Le célèbre arbre légendaire n’est pas visible car il est dans le cloître de la Basilique de Sainte Sabine, juste à côté. Pour le voir, il faut regarder à travers une petite fenêtre ovale située dans l’atrium.
On dit que cet arbre avait été planté à l’angle nord-ouest de l’ancien portique à quatre arcades où Saint Dominique avait l’habitude de dormir.
Cet oranger a été qualifié de miraculeux car un nouvel arbre poussait chaque fois qu’il s’asséchait.
Ses oranges auraient été utilisées pour fabriquer des couronnes et souvenirs destinés aux papes et cardinaux. Mais elles auraient aussi servi à Sainte Catherine de Sienne pour faire les oranges confites offertes au pape Urbain VI.
Enfin en 1936, des travaux furent effectués et on retrouva dans les racines de cet arbre, décidément chose incroyable, une pièce de monnaie du XIVe siècle.

Texte présenté par Marion Simprez

Que d’histoires autour de cet oranger !... Allez le découvrir !